Les banques européennes soumises aux stress tests

L’Autorité bancaire européenne (ABE) a publié le résultat des stress tests (tests de résistance) auquel elle a soumis 91 banques pour évaluer leur capacité à résister à un nouveau choc économique.

Au total, 5 banques espagnoles, deux banques grecques et une banque autrichienne ont échoué. Elles ont besoin à elles toutes d'au moins 2,5 milliards d'euros pour renforcer leur capital, a estimé l’ABE basée à Londres.

Les groupes bancaires français BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole et BPCE (Banque populaire et Caisse d’épargne) ont passé avec succès ces tests. Les quatre principales banques de l'Hexagone, qui ont soumis leur bilan financier 2010 à un scénario de crise équivalent à deux années de récession "particulièrement sévère", affichent un niveau de fonds propres durs de 7,5 %, "très supérieur" au seuil de 5 % exigé par l'ABE.

Ces bons résultats ne lèvent pas toutes les inquiétudes : 

  • L’an dernier, la crédibilité des stress tests avait été sérieusement entamée après que plusieurs banques irlandaises, victorieuses à l’épreuve, ont fait faillite dans les mois qui ont suivi la publication des résultats. L’EBA a donc renforcé cette année ses exigences.
  • Mais si les critères d’évaluation de la solidité des banques ont été rehaussés, le risque de défaut d’un Etat européen n’a pas été envisagé dans les scénarios. En cas de faillite de la Grèce, les résultats de ces stress tests auraient peu de signification.