Exercices - Chapitre Mondialisation - Corrigé

Exercice : Avantage absolu - avantage comparatif

1°) Les Etats-Unis disposent d’un avantage absolu dans les deux activités : leur productivité est supérieure à celle du Japon pour chacune des deux productions, autrement dit, ils produisent chacun des deux biens à un coût inférieur au Japon.

2°) Avec 1 200 heures de travail réparties équitablement entre les deux biens :

  • Les Etats-Unis produisent 600/100 = 6 ordinateurs et 600/5 = 120 tonnes de blé.
  • Le Japon produit 600/120 = 5 ordinateurs et 600/8 = 75 tonnes de blé.

Avec 2400 heures, la production mondiale est de : 11 ordinateurs et 195 tonnes de blé.

3°) En réduisant leur production de blé de 60 tonnes :

  • Le Japon libère 60 X 8 = 480 heures de travail ; avec ces heures il peut produire 480/120 = 4 ordinateurs.
  • Les Etats-Unis libèrent 60 X 5 = 300 heures avec lesquelles ils peuvent produire 300/100 = 3 ordinateurs.

C’est donc le Japon qui augmente le plus sa production d’ordinateurs en réduisant sa production de blé.

4°) En réduisant sa production d’ordinateurs de 3 unités :

  • Le Japon libère 3 X 120 = 360 heures ; il pourra produire 360/8 = 45 tonnes supplémentaires de blé.
  • Les Etats-Unis libèrent 3 X 100 = 300 ; ils pourront produire 300/5 = 60 tonnes supplémentaires.

Ce sont donc les Etats-Unis qui augmentent le plus la production de blé en réduisant la production d’ordinateurs.

5°) Le Japon est relativement plus efficace dans la production d’ordinateurs : s’il est moins efficace dans les deux activités, il est relativement moins inefficace dans la production d’ordinateurs. Le Japon qui n’a pas d’avantage absolu, dispose d’un avantage comparatif dans la fabrication des ordinateurs.

Si les Etats-Unis sont plus efficaces dans les deux activités, ils disposent d’un avantage comparatif pour le blé : leur supériorité est plus grande dans la production de blé (les Etats-Unis sont relativement plus efficacement pour cette production).

6°) Etats-Unis : 195 X 5 = 975 heures. Japon : 11 X 120 = 1320 heures.

7°) Pour produire, 195 tonnes de blé et 11 ordinateurs, il faut 2400 heures de travail avant spécialisation et 2295 heures après spécialisation, autrement dit la productivité du travail augmente.

Exercice : Taux de change et compétitivité

1°) Complétez le tableau

 

Situation A

1 dollar = 2euros

Situation B

1 dollar = 1 euro

Un produit de 10 dollars aux Etats-Unis coûte en France

20 euros

10 euros

Un produit de 30 euros en France coûte aux Etats-Unis

15 dollars

30 dollars

 

2°) complétez le texte

En passant de la situation B à la situation A, on est dans le cas où l’euro perd de la valeur par rapport au dollar. Il s’agit d’une dépréciation ou d’une dévaluation. Dans ce cas, le prix du produit français exporté aux Etats-Unis diminue et le prix du produit américain vendu en France augmente.

En passant de la situation A à la situation B, l’euro prend de la valeur par rapport au dollar. Il s’agit d’une appréciation ou d’une réévaluation. Dans ce cas, le prix du produit français exporté aux Etats-Unis augmente et le prix du produit américain vendu en France diminue.

Un pays dont la balance commerciale est déficitaire semble donc avoir intérêt à dévaluer sa monnaie. En effet la dévaluation conduit pour ce pays à une baisse du prix de ses exportations et à une hausse du prix de ses importations. A court terme, les quantités exportée et importée sont les mêmes, donc dans un premier temps la dévaluation entraîne une détérioration du solde de la balance commerciale. Mais à moyen terme, la variation des prix doit avoir un effet sur les volumes échangés : la quantité exportée augmente et la quantité importée diminue.  Dans un deuxième temps, la dévaluation doit donc permettre une amélioration du solde de la balance commerciale.

 

3°) Complétez le graphique

Tracez sur ce graphique une courbe retraçant les effets attendus d’une dévaluation sur le solde de la balance commerciale : On parle de la courbe en J

Capture 2

 

 

 

 

 

 

 

 

4°) Pour quelles raisons la variation des prix n’entraîne-t-elle pas forcément une variation des quantités exportée et importée ?

Un pays doit toujours continuer à importer les matières premières qu’il n’a pas. Donc les importations ne baissent pas forcément.

La dévaluation n’a d’effet que sur la compétitivité prix, il faut aussi tenir compte de la compétitivité hors prix : si les produits sont de mauvaise qualité, ils ne se vendront pas plus même si le prix est plus faible donc les exportations ne vont pas forcément augmenter.